Cette page sera consacrée à la cuisine réunionnaise.

La cuisine réunionnaise  a été influencée par d’autres cultures qui ont pris asiles à l’île de la réunion. C’est grâce à ce métissage culturel  que la cuisine réunionnaise est une cuisine originale aux saveurs uniques et à la fois multiples, aux couleurs chatoyantes  et aux odeurs enivrantes.

Des épices venus des quatre coin du monde parfument la cuisine réunionnaise : des épices et ingrédients chinois, arabes, indiens…

Voici une présentation des quelques épices et ingrédients que nous pouvons trouver au marché couvert, dans les épiceries du coin et aussi dans les « ti boutik chinois », la liste n’est pas éxhaustive :

Pour commencer à mettre les papilles en fête, nous allons commencer par l’apéritif ou les amuse-bouche.

On mange des samoussas et on en trouve un éventail de goûts : au porc; au poulet, au massalé cabri, au bringel (aubergine), au thon, au crabe ou surimi, etc et même au chocolat, du piment farci…

    

… des nems ou « rouleau de printemps », des bonbons piments.  Ils sont excellents  avec du « piment la pâte » comme on dit ici mais qui est plus communément appelé sauce chili ou piment chinois, du piment doux qui est excellent ou tel quel.

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas!!!!

Je vais vous présenter quelques plats réunionnais que j’affectionne particulièrement:

« Rougail saucisse » :

Nous avons le fameux rougail saucisse qui est un des plats créoles préféré des réunionnais,  ce plat peut être préparé avec du gros piment ou pas. Mais en ici on le préfère avec du gros piment.

Voici la recette du rougail saucisse sans gros piment :

  • des saucisses fraîches ou fumées
  • des tomates bien mûre hachées
  • des oignons tête coupés finement
  • une cuillère à café de curcuma
  • quelques branches de thym
  • tomate concentrée

Tout d’abord,avant la préparation du rougail de saucisse faîtes en sorte que tout vos épices soient déjà préparés.

Il faut faire bouillir les saucisses et une fois bouillies, les passer sous l’eau froide pour les refroidir. Ensuite, couper les saucisses en rondelles fines ou grosses cela dépend des personnes. Mettre les saucisses dans la marmite préchauffée, les faire revenir avec un peu d’huile et les oignons coupés jusqu’à ce que les saucisses rosissent.  Une fois rosies, incorporer les tomates hachées puis tourner. Par la suite, mettre les branches de thym, une demie cuillère à café de curcuma  à la préparation. Le curcuma va donner de la couleur au plat mais il ne faut pas en abuser parce que son goût peut gêner certaines personnes. Par ailleurs, si c’est nécessaire dans la cas ou vos tomates ne sont pas bien rouges, vous pouvez mettre une cuillère à café de tomate concentrée. Enfin, laisser cuire le rougail saucisse et vous saurez quand c’est cuit une fois toutes les tomates réduites.

      

Le rougail saucisse se marie bien avec du pois de cap et du riz.

le « Cari de poulet » :

THE plat traditionnel créole. Inoubliable cari poulet!!!! Présent à chaque fête il est indétrônable. Et bien sûr il est meilleur cuit au feu de bois

Pour cuisiner un cari poulet, il faut bien évidemment un poulet acheté ou du poulailler. Faut le nettoyer puis le couper en morceau.

Ensuite, pour les ingrédients il faut de l’ail, des tomates, des oignons, du thym, du curcuma, du poivre et du sel.

Faire frire le poulet jusqu’à ce qu’il soit bien doré. Incorporer les oignons et l’ail, les tomates hachées, le sel. Mélanger le tout, puis ajouter un verre d’eau. Le temps de cuisson est de 45 minute selon si c’est de la volaille congelé, mais si c’est une volaille péi il faut les faire cuire plus longtemps.

« le zachard » :

Le « zachar » est un mélange de légume qu’on mange généralement à l’entrée. 

On retrouve des carotte, des haricots verts, du chou et du gros piment. Il y a aussi du gingembre, l’ail, sel pour relevé le goût. C’est une entrée qui se mange chaud pour sentir les épices et le croquant des légumes. Moi je le mange avec une tranche de jambon et c’est excellent!!!!

 « Ti Jacques boucané » : 

 A la Réunion, on peut trouver du ‘ti jacques déjà haché sur l’étal du marché ou découpé en petit morceau. Pour les habitués, ils peuvent l’acheter entier et découper eux mêmes en  mettant de l’huile sur leurs mains et le couteau parce que sa colle. 

Ce légume s’accommode très bien avec du boucané ou des saucisses.  Une fois le ‘ti jacques battu, on le trempe dans de l’eau salée pour enlever son goût âcre. 

On le retire, on l’égoutte bien.

Une fois les boucanés hachés, on les fait bouillir. 
                                                                  
Pendant ce temps  on prépare ces épices. Il faut de l’ ail, oignon tête, tomate, curcuma et du thym.
   
Puis, on retire le boucané du feu, on les égouttent un bon moment. 
Ensuite, fait frire les morceaux de boucané, on les fait revenir l’ail, les oignons et le thym puis on y incorpore les tomates hachée et le curcuma.
 On mélange bien le tout pour que les morceaux de boucané s’imprègnent du goût des épices. Là, on peut ajouter les ‘ti jacques et on mélange de nouveau. Enfin, on laisse cuire pendant 10 minutes environ. 

Un ‘ti jacques boucané préparé par ma mère :

la « sauce camaron » :

C’est un de mes plats préférés parce que j’adore le goût du gingembre et du combava.

   ou « cari camaron », tout dépend des gens et des endroits. On l’appelle sauce camaron parce que quand les camarons cuisent, il faut qu’il y ait un fond de sauce. Les camarons sont assimilés au gambas.

Pour cuisiner la sauce camaron il faut : des camarons qui sont déjà  emballés au supermarché, des tomates hachées, de l’ail, des oignons,combava, une branche de thym, une demie cuillère à café de curcuma, un morceau de gingembre de l’huile, du sel et/ou du piments. Sans oublier l’eau bien bien sûr pour la sauce.

Tout d’abord, il faut décongeler les camarons puis les nettoyer en ouvrant en deux le dos pour enlever le filament noir et ôter le tête des camarons. Dans le pilon, piler ensemble l’ail,  le gingembre et/ou le piment. Hacher les oignons et les tomates. Ensuite, faire roussir les oignons dans une marmite, ajouter le mélange pilé avec la branche de thym. Incorporer les tomates et le curcuma laisser bien réduire quelque minute. Enfin ajouter les camarons et l’eau et laisser cuire au moins 5 minutes.

« rougail la morue mangue vert » :

Il change du traditionnel « rougail morue » et c’est un délice s’il est bien préparé.

les « brèds » :

 Il est vrai que si une personne ne connait les « brèds » qui sont très appréciés à la Réunion, elle se limiterait à leur apparence. Et pour cette personne les « brèds » ne seraient que de vulgaires végétaux, des herbes. Certaines personnes ignorent je pense que dans leur jardin il y a peut être des « brèds » qui poussent. A la Réunion il en existe plusieurs variétés de « brèds » :

    

On peut les manger en bouillon mais également en fricassé.   

Avant de les manger, il faut trier les bonnes feuilles. C’est une pratique qui se transmet de génération en génération.

Voici une préparation de fricassé brèd chouchou avec du gros piment :

Les « grains » :

Tout comme les brèds, les « grains » sont indispensable dans la cuisine réunionnaise. Ils servent  de complément de sauce. On en compte  une variétés de grains: 

   

Puis, il y en a d’autres comme les « Zantacs », les haricots blancs.

Pour les préparer il faut comme ingrédient : de l’ail,  une branche de thym, une demie cuillère à café de curcuma, de l’huile, du sel et de l’eau.

Tout d’abord, faire roussir roussir l’ail pilé avec du sel dans l’huile, puis ajouter du grain, la branche de thym, le curcuma et enfin l’eau. Mélanger le tout et laisser cuire jusqu’à ce que le mélange soit crémeux.

 les piments :

Ils sont nombreux et très présents dans les plats créoles :

    

Le piment relève le goût des plats.

Les desserts :

Le petit pêché mignon de tout le monde : le dessert.

le gâteau patate

C’est un gâteau traditionnel et très apprécié à la Réunion.
 

Pour le recette du gâteau patate il faut :
– 1,5 kg de patates douces

– 400g de sucre

– 100g de la farine

 – 4 oeufs

– 1 gousse de vanille

– 300g de beurre
– 1 sachet de levure chimique   
– 15cl de rhum charette

Laisser cuire à 170° pendant 1h de temps.

gâteau manioc

Recette pour le gâteau manioc :
–  1kg de manioc        

– 250g de beurre
  – 6 oeufs             
– 1 sachet de levure chimique
– 1 sachet de sucre vanillé
– 150g de sucre roux
– du rhum
Laisser cuire  pendant 45 minutes

pâté créole  

le pâté créoles e déguste  le jour de l’an accompagné d’une liqueur. Il est possible de faire le pâté nature, soit avec de la viande (du porc) soit de la confiture (tranches de papaye confites).

C’est une recette qui demande une préparation particulière, si vous voulez connaître la recette du pâté créole à la papaye,  je vous revois sur ce lien : recette pâté créole

 Je vous souhaite bonne dégustation et bonne appétit!!!!!!!!


             












Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s